Lors de la dédicace de son roman dimanche matin à la boulangerie Duval à Combronde, Didier Tourhel, venu à la rencontre du public, a connu un premier succès.

 

A la croisée des chemins entre roman, poésie et théatre, le premier roman de Didier Tourhel , jeune écrivain de Combronde, offre une écriture pleine de fraîcheur et de sensibilité. Sous forme de dialogues, jouant avec les mots et les sons, l’auteur a choisi de conter une histoire intemporelle, celle d’une jeune femme qui, en se réveillant au beau milieu d’une forêt, a perdu l’être aimé. Un vieil homme, issu de nulle part, lui propose alors de l’aider à le retrouver.

 

De cette rencontre improbable va découler alors des échanges pleins de profondeur et de beauté sur l’amour, la vie et le temps présent qu’il faut en permanence apprendre à savourer à sa juste valeur. Ce premier roman de Didier Tourhel possède à la fois la légèreté, la puissance et la richesse des vers d’un « haïku » (petit poème court japonais), la fragilité et la force de l’amour, la sagesse et la philosophie d’un conte. Il n’y a qu’à se laisser envahir par les émotions et le rythme qui se dégagent de chaque phrase. A n’en pas douter, il flotte comme un parfum du »Petit Prince » dans ce roman-là.

 

Article paru dans La Montagne – Edition de Riom – 14 juillet 2007.